L’histoire des textiles faisant partie de la collection de la Banque d’art


Le printemps dernier, l’Ottawa Valley Weavers’ and Spinners’ Guild m’a invitée à parler de la collection de textiles de la Banque d’art, ce qui m’a amenée à me pencher sur les œuvres qu’elle a acquises pendant ses 46 années d’existence – et à faire de fascinantes découvertes en cours de route.

La collection de la Banque d’art compte plus de 150 œuvres textiles, dont la valeur surpasse le million de dollars. Nous avons acquis nos premières en 1972 – notamment des œuvres d’Isolde Savage, d’An Whitlock et de Guerite Steinbacher – et avons continuellement enrichi la collection depuis.

Ma présentation à la Guild était centrée sur 42 œuvres de 24 artistes. J’ai choisi ces artistes pour illustrer les changements sur les plans du style et du raffinement, des premières œuvres acquises jusqu’aux dernières. Bon nombre des artistes dont les œuvres figurent dans la collection ont d’ailleurs participé aux prestigieuses Biennales internationales de la tapisserie, tenues à Lausanne, en Suisse, de 1962 à 1995. Celles-ci retraçaient l’évolution de l’art textile dans le contexte de l’histoire de l’art moderne et contemporain.

Voici quelques-unes de mes artistes textiles préférées parmi celles à l’honneur dans la collection :

  • Charlotte Lindgren. Créatrice d’œuvres sculpturales et architecturales tissées comme Black Cylinder Series et Tambaran, Charlotte Lindgren a notamment participé à l’exposition Les Métiers d’art au Canada à l’Expo 67.

Charlotte Lindgren, Black Cylinder Series (1970)

  • Micheline Beauchemin. Lauréate de plusieurs récompenses prestigieuses, notamment le prix Paul-Émile-Borduas et le Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques, Micheline Beauchemin a aussi été nommée officière de l’Ordre du Canada. La Banque d’art ne possède qu’une seule de ses œuvres, Ailes No 4, laquelle est faite de fils argentés miroitants qui lui donnent un aspect différent selon l’éclairage.

Micheline Beauchemin, Ailes No.4 (1968)

  • Karen Chapnick. J’ai toujours admiré les œuvres de Karen Chapnick, surtout celles en sisal teint qui figurent dans notre collection, soit Colour Puzzle et Forest Light. L’artiste teint à la main des fibres de sisal, puis en noue de diverses couleurs, créant sur toute la surface des variations uniques. Les doux motifs ainsi produits, qu’on a envie de scruter longtemps et intensément, sont parfaits pour un bureau où l’on souhaite se plonger dans la contemplation silencieuse.

Karen Chapnick, Colour Puzzle (1977)

La collection regroupe en outre plusieurs tapisseries qui sont le fruit de collaborations entre des artistes et des tisserands inuits de l’Uqqurmiut Centre for Arts and Crafts, à Pangnirtung. J’aime particulièrement l’œuvre produite en 1992 par l’artiste Elisapee Ishulutaq et la tisserande Igah Etoangat qui montre une mère et sa fille dans un igloo.

 

À propos de l’auteur: Amy Jenkins

Amy Jenkins est le chef de la Banque d’art du Conseil des arts du Canada. Elle est responsable de la gestion du fonctionnement de la Banque d’art et de la prestation de ses programmes, y compris : la location d’œuvres d’art, les prêts, les expositions et les activités de diffusion.

Inscrivez-vous au bulletin de la Banque d’art

Inscrivez-vous

retour au début

Please Rotate Your Device

This site is best experienced in portrait