384670

Les bienfaits de l’art : inspiration et dialogue au travail


Quels sont les avantages associés à la location d’œuvres de la Banque d’art du Conseil des arts du Canada? Notre série « Les bienfaits de l’art » s’intéresse aux retombées positives qu’entraîne la présence de l’art dans nos vies, au travail et ailleurs.

En 2014, la chercheuse Christina Smiraglia a étudié les réactions d’employés et de membres de conseils d’administration à l’art exposé dans leur milieu de travail.

D’après cette étude¹, l’effet le plus courant de l’art est la promotion des interactions sociales. L’art donne lieu à des conversations spontanées entre collègues et leur permet de mieux se connaître.

Les participants à l’étude ont aussi indiqué que l’art rendait leur environnement plus attrayant et faisait en sorte qu’ils se sentent bien au travail.

Les participants ont nommé d’autres bienfaits de l’art, notamment :

• Un sentiment d’inspiration;
• Une attitude généralement plus positive;
• Des sentiments favorables envers l’organisme pour lequel ils travaillent;
• De nouvelles occasions d’apprentissage;
• Une stimulation intellectuelle.

Vous voulez que votre milieu professionnel offre de tels bienfaits? Communiquez avec la Banque d’art pour savoir comment vous procurer des œuvres de notre collection pour votre environnement de travail.

Regardez cette vidéo pour en savoir plus sur le programme de location d’oeuvres d’art de la Banque d’art

À propos de l’auteure : Sonia Poisson
Spécialiste de l’anthropologie de l’art, Sonia Poisson est chargée de cours et chercheuse indépendante. Elle est titulaire d’une maîtrise ès arts en anthropologie visuelle du Goldsmiths College (Université de Londres) et d’une maîtrise ès arts en histoire de l’art de l’Université Carleton. Elle travaille sur différents projets liés à l’histoire et aux arts pour la télévision, des documentaires et des expositions de musées.

¹ Smiraglia, Christina. « Artworks at Work: The Impacts of Workplace Art. » Journal of Workplace Learning 26, no. 5 (2014): 284-295.

384589

21 œuvres d’art qui inspirent, déstabilisent et suscitent la réflexion : Éveil est en cours à Queen’s Park


L’honorable Elizabeth Dowdeswell, lieutenante-gouverneure de l’Ontario, s’adresse aux invités lors de la soirée d’ouverture

 

La collection de la Banque d’art est polyvalente : ses œuvres sont louées à des bureaux ou dans le cadre d’événements, elles sont prêtées à des musées et, parfois, elles sont réunies pour créer de nouvelles expositions.

En mai 2018, des œuvres de la Banque d’art ont été assemblées pour former Éveil, une exposition organisée par le Bureau de la lieutenante-gouverneure de l’Ontario en partenariat avec la Banque d’art, à Queen’s Park, à Toronto.

Préparée par l’auteur, innovateur et conseiller en design global Bruce Mau, l’exposition se concentre sur les objectifs de développement durable de l’Organisation des Nations Unies, un plan d’action qui sert à favoriser et à organiser l’atteinte, d’ici 2030, d’objectifs de développement approuvés internationalement.

Pour cette exposition, Bruce Mau pose cette importante question : « Maintenant que rien ne nous est impossible, qu’allons-nous faire? »

L’art a certainement un rôle important à jouer pour répondre à cette question. Comme le directeur et chef de la direction du Conseil des arts, Simon Brault, l’a rappelé aux visiteurs lors de la cérémonie d’ouverture d’Éveil, le 1er mai, cette exposition donne : « l’occasion de s’engager dans les conversations en cours autour du développement durable, et offre aussi un point de départ pour de nouvelles conversations qui nous aideront à bâtir la société dans laquelle nous voulons vivre. »

L’exposition comprend de grandes œuvres sur toile, des estampes magnifiques et des photographies intimistes, dont des productions de Germaine Arnaktauyok, d’Edward Burtynsky, de Michael Snow et de Shirley Wiitasalo. Les trois derniers artistes sont d’anciens gagnants de Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques.

Vous pouvez voir l’exposition au cours d’une visite guidée des majestueux appartements de la lieutenante-gouverneure, à Queen’s Park, jusqu’au 31 mai 2019. Vous pouvez aussi télécharger le catalogue bilingue qui accompagne l’exposition. Il comprend des textes sur les 17 objectifs de développement durable et des images des œuvres de la Banque d’art que l’exposition présente.

Si vous préparez une exposition et souhaitez y inclure des œuvres de notre collection, veuillez communiquer avec la Banque d’art pour en savoir davantage sur notre programme de prêts et nos activités de diffusion en général.

Le point central de l’exposition est le monde imaginé par Eleanor Bond dans « IV Converting the Powell River Mill to a Recreation and Retirement Centre », exposé dans le salon des appartements de la lieutenante-gouverneure, à Queen’s Park

 

Simon Brault, directeur et chef de la direction du Conseil des arts du Canada, prononce une allocution lors de l’ouverture d’Éveil

 

Amy Jenkins, chef de la Banque d’art, en compagnie de l’honorable Elizabeth Dowdeswell, lieutenante-gouverneure de l’Ontario

 

L’estampe en noir et blanc d’Antonia Hirsch, « World Map Project: Equal Countries A – Z », est exposée dans l’élégante salle à manger

 

À propos de l’auteur :  Mike Steinhauer
Mike Steinhauer est gestionnaire des expositions et de la diffusion à la Banque d’art du Conseil des arts du Canada. Il est responsable du programme de prêts, qui permet à des galeries, à des musées et à d’autres institutions culturelles du Canada et d’ailleurs d’emprunter des œuvres pour les exposer, collectivement ou individuellement, ainsi que des activités liées aux expositions et à la diffusion de la Banque d’art.

384501

La Banque d’art du Conseil aux premières loges du Sommet du G7


La Banque d’art du Conseil des arts du Canada offre des services de consultation et de location d’œuvres d’art qui mettent en valeur des événements, ainsi que des espaces publics et des bureaux. À l’occasion du Sommet du G7 de 2018, dont le Canada était le pays hôte, le Bureau de gestion des sommets d’Affaires mondiales Canada a confié à la Banque d’art la mission de veiller à ce que les arts soient bien en évidence lors de cette rencontre internationale d’importance.

Des œuvres qui évoquent les thèmes du G7 et les paysages de Charlevoix
Plus de 80 œuvres de la Banque d’art du Conseil des arts du Canada étaient au premier rang lors des discussions entre les dirigeants venus des quatre coins du monde. Le conseiller en arts visuels Claudio Marzano a effectué sa sélection de manière à souligner les thèmes du Sommet, notamment « Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes », « Travailler ensemble à l’égard des changements climatiques, des océans et de l’énergie propre » et « Construire un monde plus pacifique et plus sûr ».

Claudio Marzano a travaillé avec les responsables de l’aspect esthétique du Sommet pour s’assurer que les œuvres reflètent bien les environs – la région pittoresque de Charlevoix, située sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent, au Québec – et qu’elles s’agencent avec les décors de l’hôtel historique Fairmont Le Manoir Richelieu. Voilà pourquoi la sélection comprenait des œuvres d’Alfred Pellan, un des peintres québécois les mieux connus du XXe siècle, qui a séjourné dans Charlevoix dans les années 1940 après son retour de Paris, où il avait fait des études.

Deux œuvres d’Alfred Pellan : Untitled/Sans titre (1960) à l’extrême gauche; et Le Modèle (1943-47) à l’extrême droite.

La puissance des arts
Les arts ont un rôle important à jouer quant à la présence du Canada sur la scène internationale. Ils expriment les valeurs de notre pays, font naître des conversations sur des sujets qui comptent aux yeux des Canadiennes et des Canadiens, et proposent des expériences communes qui créent des liens entre les citoyens d’ici et d’ailleurs.

Jetez un coup d’œil à certaines des œuvres sélectionnées qui ont été au centre de l’action lors du Sommet, aux côtés des dirigeants, et qui sont maintenant à louer.

Dépeindre l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes
Les œuvres installées par la Banque d’art au Sommet incarnaient bien le thème de l’égalité entre les sexes. En effet, la moitié de ces œuvres ont été réalisées par des hommes, et l’autre moitié par des femmes.

De plus, certaines des œuvres qui enjolivaient le hall principal – une artère centrale du Sommet – étaient signées par de véritables pionnières de l’histoire de l’art canadienne et québécoise, dont Marcelle Ferron, Lise Gervais et Rita Letendre.

Des œuvres de grandes artistes québécoises dans le hall principal : La rive et l’écorce (1973) de Marcelle Ferron (à l’extrême gauche); et Vers Cythère (1961) de Rita Letendre (troisième à partir de la droite).

Des thèmes qui se recoupent
Au bout du hall principal, la Banque d’art a installé un regroupement d’œuvres centrées sur Sedna (en inuktitut :  ᓴᓐᓇ, Sanna), déesse de la mer et des animaux marins dans la mythologie inuite. Ces œuvres représentaient à la fois le thème de l’autonomisation des femmes et celui des changements climatiques et des océans. Elles mettaient aussi en relief les cultures autochtones au Canada. En fait, plus de 50 œuvres de la Banque d’art réalisées par des artistes autochtones ont voyagé jusqu’à Charlevoix pour le Sommet, y compris des œuvres de Norval Morrisseau, de Pitseolak Ashoona et de Pudlo Pudlat.

Un ensemble d’œuvres sur le thème de Sedna (dans le sens des aiguilles d’une montre, à partir d’en haut) : Cape Dorset Series – Woman in the sea (1977) d’Egevadluq Ragee; Mermaid (2000) de Lasalie Joanasie; Sedna Luring a Fish (2002) d’Annie Pitsiulak; et Sedna (2002) de Looter Panea.

Une acquisition récente en vedette
Sur le manteau de la cheminée de la principale salle de réunion – exclusivement réservée aux dirigeants du G7 –, la Banque d’art a installé l’une de ses plus récentes acquisitions, l’œuvre The Catch (2017) de Katharine Harvey. Cette peinture met en lumière le dynamisme constant des femmes artistes au Canada, dont les œuvres sont collectionnées par la Banque d’art du Conseil depuis ses débuts.

Installation de l’œuvre The Catch (2017) de Katharine Harvey par les techniciens de la Banque d’art du Conseil.

Pour savoir comment un conseiller de la Banque d’art peut vous aider à exposer ces œuvres dans le cadre de votre événement ou dans vos locaux, communiquez avec nous.

 

376256

De l’art au bureau: de récentes acquisitions de la Banque d’art sont maintenant à louer



L’automne dernier, la Banque d’art s’est rendue à Art Toronto, la foire internationale d’art contemporain et moderne du Canada. Nous y avons présenté notre collection et notre programme de location d’œuvres d’art à des clients potentiels. Nous avons aussi fait l’acquisition de cinq nouvelles œuvres. Réalisées par des artistes émergents ou en milieu de carrière de partout au Canada et qui n’étaient pas encore représentés dans la collection de la Banque d’art, ces œuvres peuvent maintenant être louées par l’entremise de notre programme de location, et nous avons commencé à les installer dans des bureaux d’un bout à l’autre du pays. Dans les paragraphes qui suivent, nous nous intéressons à ces nouvelles acquisitions et à leurs créateurs.

Katharine Harvey, The Catch (2017), acrylique sur toile et sur bois
Cette œuvre sera exposée lors du Sommet du G7 à La Malbaie (Québec) en juin

La dernière série d’œuvres de Katharine Harvey porte sur son intérêt envers la mémoire. Ses peintures s’inspirent des photographies de ses archives familiales. Elle peint chaque image dans un style gestuel, mais représentatif. Elle applique ensuite plus de vingt couches de gel et de peinture, obscurcissant et abstrayant l’image. Grâce à ce processus, elle crée aussi un sens tridimensionnel de la profondeur et de l’espace. Il en résulte un effet de voiles de couleur, qui rappelle la lumière émanant du vitrail. The Catch est basé sur une photo de son père montrant un poisson pêché au Lake of Bays en Ontario.

Katharine Harvey est titulaire d’un baccalauréat en beaux-arts de l’Université Queen’s et d’une maîtrise en beaux-arts de l’Université de Victoria. Elle vit et travaille à Markham, en Ontario.

Laurent Lamarche, Fossile Pétri 10 (2017), plexiglas gravé, aluminium, éclairage aux DEL
Cette œuvre peut être louée pour 720 $ par année.

Laurent Lamarche utilise des emballages plastiques transparents récupérés et des principes cinétiques pour créer des installations sculpturales qui s’interrogent sur les conditions et les enjeux de la transformation des matériaux. Il chauffe, colle, étire, courbe, tord et plie le plastique pour former des objets qui déclenchent des expériences visuelles hors du commun. Récemment, Laurent Lamarche a proposé de nouvelles façons de faire l’expérience de phénomènes naturels (comme la diffraction de la lumière, l’aurore boréale et la bioluminescence) en grossissant des matériaux transparents et en utilisant des lasers dans sa pratique artistique. Les organismes et les phénomènes dans son travail évoluent dans des mondes fictifs qui brouillent les frontières entre l’art et la science, la nature et l’artifice.

Titulaire d’une maîtrise en beaux-arts (2012) de l’Université du Québec à Montréal, Laurent Lamarche œuvre dans les domaines de la photographie, de la sculpture et de l’installation. Il vit et travaille à Montréal.

Judy D. Shane, The Painted Photograph: Remnants, Remnant #475 v1 (2017), impression jet d’encre
Cette œuvre d’art est installée dans les  locaux de Technologies du développement durable Canada, à Ottawa.

Judy D. Shane utilise des photographies numériques empilées pour examiner le monde microscopique du coup de pinceau peint à la main à travers un objectif macro. Elle crée des composites photographiques à grande échelle qui présentent un réalisme et une hypermatérialité tridimensionnels tout en restant fermement ancrés dans un format bidimensionnel.

Judy D. Shane est une artiste établie à Vancouver. Elle a obtenu un baccalauréat en beaux-arts de l’Université Emily Carr en 2012. Sa pratique artistique axée sur les lentilles de caméra est inspirée de sa carrière antérieure de créatrice d’effets visuels dans l’industrie télévisuelle et cinématographique.


Jimy Sloan, Juicy (2017), acrylique sur toile
Cette œuvre est installée dans les locaux de l’Association canadienne des compagnies d’assurances de personnes, à Toronto

L’artiste Jimy Sloan explore la surface du matériau à travers des points, des lignes et des plans, et crée des motifs et une figuration représentatifs des éléments assemblés de la topographie et des formes dessinées. Grâce à son travail, Jimy Sloan indique qu’il est devenu « conscient du potentiel d’un plan image déformé pour créer des environnements uniques et visuellement riches qui parlent ouvertement et s’inscrivent dans notre époque. »

Originaire de Sackville, en Nouvelle-Écosse, Jimy Sloan a obtenu un baccalauréat en beaux-arts avec une majeure en peinture de l’Université NSCAD en 2012, et il a terminé le programme de résidence de l’Université NSCAD à New Glasgow en 2013. Il vit et travaille actuellement à Prospect, en Nouvelle-Écosse.

Kelly Wallace, Turning Squares (2016), dessin au crayon sur papier
Cette œuvre peut être louée pour 960 $ par année.

Les dessins de l’artiste Kelly Wallace sont des rendus techniques précis de scènes hyperdétaillées provenant de sa mémoire et son imagination. Il n’utilise que des crayons au plomb vintage et une règle, et chaque dessin lui demande de 200 à 300 heures. On est frappé par la nature laborieuse de ces dessins délicats qui semblent vouloir se désintégrer sous nos yeux.

Kelly Wallace vit à London, en Ontario. Il détient un baccalauréat en beaux-arts de l’Université de Guelph. L’exposition Beside Myself : Kelly Wallace a été présentée du 2 février au 6 mai 2018 à la Judith and Norman Alix Art Gallery de Sarnia, en Ontario.

À propos de l’auteur: Amy Jenkins

Amy Jenkins est le chef de la Banque d’art du Conseil des arts du Canada. Elle est responsable de la gestion du fonctionnement de la Banque d’art et de la prestation de ses programmes, y compris : la location d’œuvres d’art, les prêts, les expositions et les activités de diffusion.

 

376141

Visitez la Banque d’art lors de Portes ouvertes Ottawa



Visitez la Banque d’art lors de Portes ouvertes Ottawa
Le samedi 2 juin 2018 (samedi seulement)
De 10 h à 16 h
ENTRÉE LIBRE

Banque d’art du Conseil des arts du Canada
921, boul. St-Laurent
Ottawa

Accessible aux fauteuils roulants. Quelques places de stationnement sont disponibles.

Soyez des nôtres le samedi 2 juin, de 10 h à 16 h, à l’occasion de notre deuxième activité portes ouvertes organisée lors de Portes ouvertes Ottawa!

Voilà une occasion unique de visiter la Banque d’art et de voir la plus importante collection d’œuvres d’art contemporain canadien. Pour la première fois, la Banque d’art réunit près de 100 œuvres d’art pour explorer les notions de transport en commun, de développement urbain, de migration, de frontières, de durabilité et d’environnement. Avec la construction du réseau de train léger sur rail d’Ottawa, la multiplication des voies cyclables à travers Ottawa et les travaux routiers omniprésents, cela nous fait réaliser à quel point nos déplacements urbains se répercutent les uns sur les autres.

Que vous fassiez une visite guidée ou exploriez la salle des collections à votre rythme, notre personnel spécialisé saura répondre à vos questions au sujet des œuvres d’art ou de leur traitement. Il s’agit d’une activité gratuite et ouverte au public.

N’hésitez pas à partager la page Facebook de cet événement avec vos réseaux! Vous comptez visiter la Banque d’art le 2 juin? On vous invite à partager votre expérience sur Facebook, Twitter, et Instagram en utilisant les mots–clics #PortesOuvertesOttawa et #Banquedart.

Instagram : @artbank_banquedart

Twitter : @Conseilartscan

Facebook : @CCartbank et @canadacouncil

289259

Identités façonnées : Le Conseil des arts du Canada présente une exposition unique consacrée à la pratique artistique des personnes handicapées


Le Conseil des arts du Canada a le plaisir d’annoncer l’ouverture d’une nouvelle exposition, Identités façonnées, mettant en vedette le travail unique de l’artiste handicapée Persimmon Blackbridge. Organisée par Tangled Art + Disability, l’exposition est la première à l’espace Âjagemô, qui soit centrée sur la pratique artistique des personnes handicapées.

L’exposition Identités façonnées a été la première que Tangled Art + Disability a présentée à sa nouvelle galerie de Toronto. Ce fut un moment marquant pour l’organisme voué à cultiver les pratiques des artistes sourds, handicapés ou vivant avec une maladie mentale au Canada. Depuis, cet ensemble distinct de figurines fabriquées à la main de Persimmon Blackbridge a fait le tour du pays et sera montré pour la première fois à Ottawa à l’espace Âjagemô.

IDENTITÉS FAÇONNÉES par Persimmon Blackbridge

Dates d’exposition : Du 24 janvier au 3 juin 2018, de 7 h à 21 h (entrée libre)
Ouverture de l’exposition : Le 23 janvier 2018, de 17 h 30 à 19 h; le vernissage public aura lieu juste après l’Assemblée publique annuelle du Conseil des arts du Canada.
Lieu : espace Âjagemô, 150, rue Elgin, Ottawa

« Le Conseil des arts du Canada s’engage à renforcer son soutien à la communauté artistique en prônant une culture de participation, d’inclusion et de diversité. Nous sommes honorés de travailler avec Tangled Art + Disability à cette belle exposition qui contribue à engager un dialogue sur la différence et à la célébrer. »
– Tara Lapointe, directrice, Diffusion et développement des affaires, Conseil des arts du Canada

« Ce fut un plaisir de faire connaître une fois de plus le talent artistique unique de Persimmon Blackbridge à un nouveau public. Nous nous réjouissons des conversations animées que suscitera l’exposition Identités façonnées, au Conseil des arts du Canada, concernant l’esthétique et la culture propres aux handicapés et confirmant l’intention de Tangled de redéfinir avec audace la manière dont le monde découvre l’art et ses créateurs. »
– Barak adé Soleil, directeur artistique et conservateur de Tangled Art + Disability

À propos de l’exposition
L’exposition Identités façonnées met en vedette une vaste collection de figurines fabriquées à la main et faites de bois, de métal et d’objets trouvés. Persimmon Blackbridge repense le sens du mot handicap et l’esthétique propre aux handicapés pour qu’ils soient dérangeants et satisfaisants. Les figurines traduisent en quoi le handicap et les différences corporelles, mais aussi de race et de sexe sont essentiels à l’esthétique de la forme humaine évolutive. Cette exposition accessible comprend une oeuvre tactile, des vlogues en ASL et en LSQ, une description sonore et des oeuvres accrochées plus bas pour que les personnes aveugles, malvoyantes, sourdes ou handicapées se sentent incluses.

À propos de l’artiste
L’oeuvre de Persimmon Blackbridge, sculpteur, auteur, conservateur et artiste de performance originaire de la Colombie-Britannique, a été présentée un peu partout au Canada, aux États-Unis et ailleurs dans le monde.

 

276902

La Banque d’art vous souhaite de joyeuses fêtes


2017 a été une année excitante pour la Banque d’art! Notre exposition « Paysage marqué » a voyagé jusqu’à l’Art Museum of the Americas, à Washington, et nous avons fait découvrir l’art contemporain canadien à de nombreux nouveaux clients à travers le Canada, à Londres et à New York. Nous avons ouvert nos portes à plus de 1000 invités dans le cadre de Portes ouvertes Ottawa, et avons prêté des œuvres importantes de notre collection à des galeries et des musées dans le but d’enrichir leurs expositions célébrant le 150e du Canada.

Nous souhaitons de joyeuses fêtes à nos clients, à nos artistes et à tous ceux qui nous soutiennent. Nous avons hâte de travailler avec vous en 2018!

289250

Vitrine culturelle au complexe du Lac-Leamy


Loto-Québec dévoile ce matin un parcours artistique au complexe du Lac-Leamy. Cette initiative s’inscrit dans une volonté de Loto-Québec de rendre les œuvres de sa collection plus accessibles que jamais, tout en appuyant le milieu de la création par des projets novateurs.

Vitrine culturelle au complexe du Lac-Leamy
• Loto-Québec a demandé à la commissaire invitée Jo-Ann Kane, historienne de l’art et présidente de l’Association des collections d’entreprises du Québec, de jeter un regard neuf sur sa collection afin de la mettre en valeur au Casino, à l’hôtel Hilton et au centre de conférences du complexe du Lac-Leamy.
• Mme Kane s’est entourée des commissaires invités Claudio Marzano, conseiller en arts visuels de la Banque d’art du Conseil des arts du Canada, et Valérie Camden, responsable de la collection permanente et de l’art public de la Ville de Gatineau.
• Leur sélection d’œuvres provient de la Collection Loto-Québec (plus de 60), mais aussi de 2 des plus importantes collections de la région (plus de 10 de la Banque d’art et 4 de la collection permanente de la Ville de Gatineau). La composition du parcours actuel remplace les œuvres exposées jusqu’à maintenant au Casino et au Hilton Lac-Leamy.
• Le restaurant Arôme sera entièrement consacré à Jean-Paul Riopelle. Les œuvres qui y seront exposées sont issues du coffret Le Cirque.

De gauche à droite, Simon Robert, directeur de la responsabilité sociétale à Loto-Québec; Claudio Marzano, conseiller en arts visuels à la Banque d’art du Conseil des arts du Canada; Valérie Camden, responsable de la collection permanente à la Ville de Gatineau; Alain Miroux, directeur général du Casino du Lac-Leamy et Pierre Lanthier, député de ville et président du Commission des loisirs, des sports et du développement communautaire de la Ville de Gatineau. (CNW Group/Loto-Québec)

Citations
• « Loto-Québec continue de soutenir le milieu de la culture. Nous voulons aussi que l’art soit accessible, près des gens », mentionne Simon Robert, directeur de la responsabilité sociétale à Loto-Québec.
• « Cette initiative s’intègre à l’offre culturelle de la région de Gatineau en plus de bonifier l’expérience des visiteurs du Casino et de l’hôtel », souligne Alain Miroux, directeur général du Casino du Lac-Leamy.
• « Nous avons accepté d’emblée de participer à ce projet et nous sommes heureux de mettre en lumière, au centre de conférences du Hilton Lac-Leamy, une dizaine d’œuvres de notre collection », affirme Claudio Marzano, de la Banque d’art du Conseil des arts du Canada.
• La Ville de Gatineau est fière de contribuer à la réalisation de ce bel héritage culturel qu’offrent Loto-Québec et le complexe du Lac-Leamy aux citoyens et à la communauté », ajoute Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau.

À propos de la Collection Loto-Québec
La Collection Loto-Québec, l’une des plus importantes collections d’entreprise du Québec, rassemble près de 5 000 œuvres réalisées par plus de 1 200 artistes. Depuis sa création, en 1979, elle contribue au rayonnement des artistes d’ici. Elle constitue un patrimoine culturel québécois inestimable. Plusieurs des œuvres de la Collection font maintenant partie des parcours d’art visuel dans les quatre casinos du Québec, soit à Montréal, à Charlevoix, à Mont-Tremblant et au Lac-Leamy.

À propos de la Banque d’art
Le Conseil des arts du Canada a établi la Banque d’art en 1972 pour faire connaître l’incroyable étendue et la qualité de l’art canadien, en rendant les œuvres accessibles à un large public au-delà des musées et des galeries.
Avec plus de 17 000 œuvres de plus de 3 000 artistes, la Banque d’art possède la plus vaste collection d’œuvres d’art moderne / contemporain canadien au monde, dont des peintures, sculptures, dessins, photographies et estampes, créés par des artistes en début de carrière ou établis, y compris ceux provenant de milieux culturels diversifiés et autochtones. La Banque d’art met à la disposition ces œuvres par l’intermédiaire de ses trois programmes : location d’œuvres d’art aux organismes, prêt aux musées et diffusion.

À propos de la Collection permanente de la Ville de Gatineau:
La collection d’œuvres d’art est aujourd’hui composée de près de 3800 œuvres exposées dans les lieux publics et les bureaux administratifs municipaux. On y retrouve un ensemble de pratiques artistiques qui s’insère dans plusieurs écoles et courants de l’histoire de l’art canadien et étranger. Représentant 47 % de la collection, les artistes de la région y ont une place de choix. La Collection permanente a pour mandat d’acquérir, de conserver, de mettre en valeur et de diffuser des œuvres d’art du 20e siècle à aujourd’hui dans un but de préservation de notre patrimoine artistique pour les générations futures.

 

276749

La Banque d’art fournit de premières œuvres canadiennes à la collection du Musée d’art des Amériques


Ma première visite au Musée d’art des Amériques, le musée de l’Organisation des États Américains, à Washington, date du lancement de l’exposition Paysage marqué. À l’époque, j’ai été frappée par la relation intime que les visiteurs nouaient avec les œuvres d’art et les sujets traités.

La démocratie, les droits de la personne, la durabilité, la sécurité, et nos histoires officielles et non officielles. Ce sont là des sujets lourds. Mais ce sont aussi des sujets actuels, pertinents et au cœur de nos préoccupations, que ce soit dans les médias, dans Internet ou dans nos conversations autour d’un repas – dans nos deux pays.

Ce fut extrêmement gratifiant, en tant que directrice responsable de la Banque d’art et Canadienne, de constater que ces œuvres ont suscité des conversations aussi importantes.

Cette exposition a aussi donné lieu à une conversation qui a conduit la Banque d’art du Conseil des arts du Canada à faire don de 150 œuvres au Musée d’art des Amériques. Chaque œuvre donnée est une copie d’une œuvre qui demeure dans la collection de la Banque d’art.

Les œuvres d’art données au Musée d’art des Amériques
installées à l’Organisation des États Américains

Ce cadeau, d’un voisin à un autre, fera entrer pour la première fois des œuvres canadiennes dans la collection du Musée d’art des Amériques. Nous avons l’immense plaisir de faire don d’œuvres de 99 artistes dans tout le Canada, dont des artistes aussi éminents que Rita Letendre, Daphne Odjig, Claude Tousignant, Pierre Ayot, le collectif General Idea et Michael Morris. Toutes ces œuvres seront exposées au Musée d’art des Amériques et peut-être à travers toutes les Amériques grâce au programme actif d’exposition itinérante de ce musée.

 

À propos de l’auteure: Tara Lapointe

Tara Lapointe est directrice du Service de la diffusion et du développement des affaires au Conseil des arts du Canada. À ce titre, elle supervise la Banque d’art, le Programme du droit de prêt public et la gamme de prix décernés par le Conseil.

276708

La Banque d’art à Art Toronto : une collection d’art contemporain canadien à la portée de tous


Art Toronto, la plus grande foire internationale d’art moderne et contemporain du Canada, revient cet automne du 27 au 30 octobre. Pour sa dix-huitième année d’existence, Art Toronto exposera d’importantes œuvres d’art provenant d’une palette impressionnante de galeries canadiennes et étrangères, et proposera des activités en collaboration avec plusieurs partenaires culturels et publications artistiques ainsi que des projets passionnants. En résumé, c’est un évènement incontournable pour qui aime l’art!

Rendez-nous visite à notre kiosque à Art Toronto. Pour la première fois, la Banque d’art sera à Art Toronto pour exposer des œuvres de sa collection et répondre à toutes vos questions sur la location d’œuvres d’art. Nous serons ravis de vous rencontrer!

Riche d’une collection de plus de 17 000 tableaux, photographies, sculptures et estampes réalisés par plus de 3 000 artistes canadiens, la Banque d’art propose un programme de location d’œuvres qui donne aux entreprises collectionneuses, aux gestionnaires de propriétés immobilières, aux architectes d’intérieur et à d’autres clients l’occasion de transformer leur espace de travail au moyen d’œuvres d’art originales.

Palais des congrès du Toronto métropolitain
Kiosque B19 – Banque d’art
Du 27 au 30 octobre 2017

Avant-première nocturne : 26 octobre

Pour en savoir plus sur les billets d’entrée, rendez-vous sur arttoronto.ca

 

Inscrivez-vous au bulletin de la Banque d’art

Inscrivez-vous

retour au début

Please Rotate Your Device

This site is best experienced in portrait